• The tea ritual or « chanoyu », as practiced in Japan

    The tea ritual or "chanoyu", as practiced in Japan
    The tea ritual or « chanoyu », as practiced in Japan All rights reserved M.LALLEE-LENDERS

    The tea ritual or « chanoyu », as practiced in Japan

    The art of learning to prepare tea with style as the Japanese do because they are really attached to their ancient traditions.

    Enjoy a cup of tea seems easy for anyone, boiling water, let steep a few leaves, and voila.

    This is notwithstanding the delicate way the Japanese show to give his titles of nobility to a drink which appeared 1,100 years ago.

    A short history of tea in the land of the rising sun

    In Japan, tea (cha) is a real ceremony where the rites, traditions, subtlety and refinement are part of tasting the precious nectar and, thanks to a Buddhist monk named Kukai, Shingon sect , which brings it back to China in the ninth century AD.
    The tea is very quickly only for an elite, noble mainly and appears in Buddhist ceremonies. The emperor is fond of it for its taste and for its curative powers.

    The Madness of tea growing so much,that in the sixteenth century, a Zen monk named Sen Rikyu-o (1522-1591) wrote a code of tea under strict, extremely complex rules. Tea masters will always refer even today to deliver their courses.

    Schools of Japanese tea popping up all over the world, teaching etiquette and the art of tea, however, only three of them are known worldwide Urasenke, the most prestigious, and Omotesenke Mushanokojisenke. The apprenticeship lasts at least three years before hoping to start practicing, but his whole life, the student seeks perfection, which requires an understanding of sensuality and spirituality together.

    Four major principles essential to apply

    Students are supported by four basic principles, derived from meditation to try to progress at best:

    The purity of heart and mind (Sei)
    Harmony with Nature (Wa)
    Respect for others (Kei)
    Tranquility (Jaku)

    Based on a topic chosen carefully (the arrival of the full moon, the type of tea used, the growth of cherry blossoms or anything else), the ceremony lasts from one to five hours. The school which is from the tea master may also affect the length.

    Tea ceremony in detail

    Initially, guests enter a room, a sort of waiting room. A small bowl of fine porcelain, filled with hot water, is offered to everyone present. Then they head to the garden to meet their guests dressed in kimonos (for women embroidered and plain silk for men) They find a stone basin used to wash their hands and rinse their mouths. Then, depending on the time of day or night, a gong or bell sounded five to seven times.

    Each participant will go, then, very slowly inside the tea house, shoeless and marvel at the decor and fittings used for the preparation (13 to 24). Only then is asked to squat on the mat (tatami). A charcoal fire is immediately turned on, there arises a kettle full of water that will be heated to 85 ° C. Here, the symbol of yin and yang makes sense, yin is water and yang fire. Bowls used for the preparation of the drink are different depending on the season of the year, spring, summer, fall or winter.

    The dosage is important, two or three teaspoons of powdered green tea are placed at the bottom of the bowl after adding hot water, stir everything with a small bamboo whisk until it turns into a slight green foam.

    The presentation of the tea bowls

    Depending on the school, each guest brings his own bowl or the same bowl is presented in turn to each, the bowl is rotated several times as a sign of respect and modesty, before being offered for tasting.

    Clean the instruments used is part of the rite because some are true museum pieces too. For presentation to guests (who have rave politely but succinctly), little is said not to disturb the feeling of well-being in order to assess, in the quiet, the decor of the place (even if it is reduced to its simplest expression) or admiring serenely to pretty flower arrangements and some calligraphy paintings scattered here and there.

    Having closely followed the various stages, one can only admire the extreme refinement with which the Japanese show their expertise in this area …

  • Colunching or how to fill out your address book !

     

     

     

     
    Colunching or how to fill out your address book !
    Colunching or how to fill out your address book ! Restaurant « en Apar’thé » à Nevers 58000 (Avec l’aimable autorisation de Mr etDryszko) Photo tous droits réservés Aymeric LALLEE

     

    Colunching or how to fill out your address book !

    The idea of the colunching is a new fashion growing up everywhere in the United States and in Europe. The idea is spreading slowly with great success

    Eating a sandwich, salad or cake alone is not exciting. Some people , rather than sit alone at a table, even prefer not to eat at all,  in order not to have supporting the eyes of others. Fortunately, this time is over. A bright idea came to germinate in Zannad Sonia’s brain, a young French girl: it is called « the colunching » .

    Habits of the average French

    Being alone in the office, a salad bar, on a chair in front of its computer, at home or at the restaurant at lunch time , is not in itself the best in terms of relaxation and well-being . Some human beings are so made that eating unaccompanied , give them a sense of discomfort especially if they believe  they are observed.

    Therefore, they eat,  as quickly  as their jaws permit, the contents of their plate and return to their occupations. In other words, what should be a moment of relaxation is totally hidden in a poor experienced loneliness.

    The colunching … yes, but what is it ?
    After carpooling or co-location , why not indulge in  » comiammiam  » or colunching ? The concept is simple , but like any simple idea, nobody thought of it before . Sit around the dinner table with some people of the neighborhood , near the office or just in a new district to discover and enjoy the conviviality and spend a pleasant hour or two to chat about everything and nothing, go to meet others and easily fill your address book !.

    In early 2011, only one site had a monopoly on this new idea.

    Frederic Bourget , the « head boss » , who has to his credit the co-location , the speedating and other events with Sonia Zannad and whose company is interested in everything related to tech, have teamed up to offer this new way of the lunch break.

    How to register ? 

    Here, the Facebook social network enters online .

    Users, after registering on the site colunching via Facebook , find suggestions for meetings between strangers who share the same interests whatsoever. Cooking, music, travel, work , theater , opera … In short, all the choices, from classic to eccentric, can be proposed. Each one suggests an idea and builds his appointment, in his own way , by going to:      COlunching   and giving all the necessary information : choice of subject, date, time, location, number of people maximum price of the meal , etc …

    For those who are less inventive , every day, Internet users offer their idea of lunch and are just waiting to welcome (up to availability) other people. Usually between 4 and 8 people gather around a table to keep some privacy what is a way to know each other better. Prices range between 25 and 30 euros for a meal. (Less or more depending on the hotel ).

    A list of restaurants is available in the main cities if participants lack ideas .

    The concept is growing and those who know love this new way to meet people while sharing the delights of a selected menu  in a selected place.

    We note that currently, women are more likely to make this choice than their male companions.

    One last point, when visiting the site a few days before, you can , if desired , establish a virtual contact with those who have registered to feast with you.

    Certainly, cooking has not finished to be astonishing. A proof ? people start talking of codining now !.

  • La Calligraphie, un art typiquement japonais

    La Calligraphie, un art typiquement japonais
    La Calligraphie, un art typiquement japonais Tous droits réservés M.LALLEE-LENDERS

    Dans les petites maisons de thé qui pullulent au Japon, la calligraphie tient une place de choix sous forme d’un écrit accroché au mur dans la salle des cérémonies et laissé à l’appréciation et à l’admiration du visiteur.

    Provenance

    Cette science vieille de 3000 ans demande une connaissance approfondie du style et du « ductus », entendez par là, la manière de tracer les signes d’une écriture

    La pratique se perd dans la nuit des temps et est rangée dans plusieurs civilisations orientales parmi les sciences occultes; en effet différents composants sont étroitement liés comme le pinceau, le trait, la pensée et la philosophie.

    Définition

    Du grec « Kallos » qui veut dire « beau » et « graphein », écrire, la calligraphie est un art majeur dans lequel l’observation de la nature joue un rôle prédominant.

    Elle pourrait avoir été inventée par le chinois Cang Jie d’après une très ancienne légende ou par Fixi, le premier empereur de Chine et été introduite au Japon avec l’écriture chinoise.

    La premiere calligraphie japonaise retrouvée date du 5ème s.

    C’est le boudhisme et le confucianisme qui ont apporté cette pratique aux Japonais, les moines allant étudier en Chine rapportaient dans leurs bagages les dernières modes culturelles

     L’importance des quatre outils:

    Les outils nécessaires à la pratique sont dénommés « les quatre trésors du lettré » , il y a le pinceau, le papier, la pierre à broyer l’encre et le bâtonnet d’encre. On les considère avec un immense respect dû à des objets de grande valeur.

    Le manche du pinceau est fait dans du bambou auquel on ajoute différents poils soit flexibles et absorbants (comme les poils de chèvre) ou raides (comme les poils de loup, belette ou lièvre).

    On le manipule de gauche à droite, de haut en bas mais aussi on s’en sert également pour imprimer différentes épaisseurs sur le papier en le soulevant ou en l’abaissant.

    Le papier inventé au début du IIe s (Tsai Lun) peut être remplacé avantageusement par de la soie, car tous deux sont très absorbants. Ils servent de support à l’expression de l’auteur.

    La pierre à broyer l’encre est une pierre à aiguiser solide.

    Le batonnet d’encre enfin composé d’un mélange de résine et de suie doit avoir un grain des plus fins pour offrir une surface extrèmement lisse. Cependant il est sec et ferme L’encre propose différents tons selon sa noirceur plus ou moins importante ou sa fluidité.

    Ces instruments permettent au calligraphe d’exprimer son ressenti par le biais du souffle, de la posture du corps au travers d’une énergie et d’une profonde concentration

    La main est au premier plan, les doigts et l’articulation du poignet se meuvent selon certains rythmes convenus.

     Aujourd’hui

    Les petits japonais apprennent cet art dès leur plus jeune âge, ils forment les différents caractères, appelés idéogrammes, en veillant à l’équilibre des traits, c’est une école de la patience, de la concentration et de l’observation qui doit aboutir à la perfection.

    C’est également à la fois un signe de bonne éducation et de haut niveau culturel, un apprentissage de la maîtrise du corps et de l’esprit qui pourrait pourrait déboucher sur la longévité.

    Vers 210 avant JC, Li Sseu livre une définition subtile de cette science.

    « Dans l’écriture d’un caractère ce n’est pas seulement la composition qui importe, c’est aussi la force du coup de pinceau. Faites que votre trait danse comme le nuage dans le ciel, parfois lourd, parfois léger. C’est seulement alors que vous imprégnerez votre esprit de ce que vous faites et que vous arriverez à la vérité. «

    [contact-form-7 id= »1026″ title= »Formulaire de contact »]

     

     

     

  • « Les Trois Grâces » de Cranach au musée du Louvre

    Les trois grâces, Lucas Cranach l'ancien
    Les Trois Grâces, Lucas Cranach l’ancien

    « Les Trois Grâces », tableau peint en 1531 par le maître incontesté de la renaissance allemande, Lucas Cranach l’ancien est au Louvre.

    En 2011, ce tableau va rejoindre les quelques 35 000 œuvres, déjà présentées au public, par le célèbre musée.

    Le vendeur est l’heureux propriétaire du tableau depuis 1932. Il s’agit d’un collectionneur vivant en France qui souhaite conserver l’anonymat. Il en demande 4 000 000 d’euros. Les trois quarts sont réunis par le musée et différents mécènes, entre autres Mazars (métiers de l’audit, conseils et services en entreprises) qui a déjà participé à l’acquisition de La Fuite en Egypte de Nicolas Poussin et le portrait du Comte Molé par Ingres. Pour le reste, le Louvre décide de lancer un appel aux dons en vue de récolter le million d’euros nécessaire pour finaliser l’achat de l’œuvre. Le succès est immédiat et le public répond avec enthousiasme. 5 000 donateurs du monde entier, ayant entre 8 et 91 ans, ont envoyé des sommes allant de 1 à 40 000 euros. Beaucoup de dons avoisinent les 50 euros mais la moyenne s’inscrit autour de 150 euros.

    Ce tableau pourrait devenir aussi connu que La Joconde selon Henri Loyrette, président du Louvre: « c’est une sorte d’ icône ».

    Autre fait non négligeable, cette peinture est classée Trésor national par le Journal officiel en date du 23 juillet 2009.

    Le musée du Louvre possède déjà plusieurs tableaux de Cranach, notamment, le portrait de Jean Frédéric le Magnanime, la Vénus debout dans un paysage et L’âge d’argent, deux pièces qui concernent la mythologie. Le musée d’Unterlinden de Colmar possède un tableau intitulé La mélancolie, daté de 1532 et, enfin, le musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon possède La Nymphe à la source, datant probablement de 1537.

    Le peintre

    Lucas Cranach l’Ancien (4 octobre 1472 à Kronach-16 octobre 1553 à Weimar, Allemagne). Il a environ 400 œuvres à son actif. Les premières sont marquées par l’idéologie religieuse, et on sent nettement qu’Albrecht Dürer l’inspire. Puis sa peinture devient beaucoup plus fouillée, les personnages sont mis en avant au détriment des fonds de tableaux. Les vêtements sont plus élégants, plus recherchés, plus travaillés, il crée, ainsi, un style qui lui est propre, puisant de nouvelles idées dans le mouvement artistique appelé, « le maniérisme ». Sa rencontre avec Martin Lüther, le célèbre réformateur, marque un tournant décisif dans son œuvre. Il devient le peintre du protestantisme. Par la suite, il se tourne vers le nu féminin, mettant une ambiguïté voulue dans l’image qu’il en montre.

    Le tableau

    Il s’agit d’une peinture sur bois de 24,2 sur 37 cm. En bas, à gauche du tableau se trouve la date: 1531 et le monogramme de l’artiste: un dragon ailé tenant un anneau, ce sont les armes qu’il reçoit de Frédéric III de Saxe  » dit le Sage  » en 1508. Il est alors le peintre officiel de la cour.

    Ce chef-d’œuvre représente les canons de la beauté de l’époque. Le nu, dont l’auteur est un spécialiste, est un thème favori de beaucoup de peintres de l’Antiquité.

    Trois jeunes femmes sont représentées sur un fond contrasté, pour la plus grande partie, uni, noir mais dont le sol est fait d’une sorte de galets, de couleur claire.

    Ce qui frappe immédiatement, c’est le charme qui émane de l’œuvre. Les trois sujets sont positionnés différemment, celui du milieu est de face, le visage fixant le peintre, une main posée sur la hanche, l’autre sur la cuisse, deux colliers autour du cou et un chapeau sur la tête. Celui de gauche tourne le dos, la tête montrant le profil, une main sur l’arrière de la cuisse gauche, l’autre sur le devant, il porte un collier, le dernier est de trois-quarts, le visage tourné vers l’avant, une main tenant le pied de la jambe gauche, l’autre sur l’épaule d’une jeune femme et un collier également.

    Les corps sont tous pareils, poitrine petite et haute, ventre un peu rebondi, bassin plutôt large.

    Les détails montrent la maîtrise du peintre, la dentelle sur le chapeau est d’une extrême finesse, de même que la texture de la chair dont le rendu est exceptionnel.

    L’intérêt de ce tableau réside dans le fait que le sujet des Trois grâces n’aurait été traité par Cranach que trois fois. Une peinture est, aujourd’hui au Nelson-Atkins Museum de Kansas City, l’autre, dans la collection Law de Cambridge, (bien qu’on ne soit pas certain de la réalité des personnages, grâces ou déesses pour celui-là) et, enfin, la dernière à Paris.

    On pourra admirer en 2011, cette fabuleuse peinture au Louvre, mais voir, également, une exposition au musée du Luxembourg qui présentera une étude du peintre.

     

  • Taguée, moi …? eh, oui !

    Taguée, moi ...? eh, oui !
    Taguée, moi …? eh, oui Tous droits réservés M.LALLEE-LENDERS

    Taguée, moi …? eh, oui !

    Etre tagué signifie avoir été choisi par une personne qui aime particulièrement votre blog et qui, outre cette promotion tout à fait sympathique, vous pose quelques questions dans le but de vous connaitre mieux.

    Je viens d’être taguée par mon amie Lilly…mais si, vous la connaissez, celle qui nous enchante chaque jour avec son blog décoration(PLANETE DECO a homes world)

    Lilly m’a posé onze questions, les voici ainsi que mes réponses:

    1) Un dîner idéal, vous invitez qui et pourquoi?

    Huit personnes, chiffre idéal à mon avis, pour les femmes Rachida Dati pour son glamour et sa personnalité controversée, Anne-Sophie Pic parce qu’elle descend d’une lignée prestigieuse de grands chefs cuisiniers et que je suis gourmande!…, Kate Moss pour son passé trouble et son avenir sulfureux. Pour les hommes: Thierry Ardisson pour sa culture et son intelligence, Bill Gates pour son génie, sa participation à de nombreuses oeuvres caritatives et parce qu’un surdoué est souvent captivant , un SDF parce qu’il nous en apprendrait certainement beaucoup, Woody Allen pour son humour, ses idées saugrenues, mais tellement fascinantes et finalement moi, moins prestigieuse qu’eux tous, mais bien présente !!

    2) Quel est l’endroit ou vous aimeriez vivre, au moins pendant une période de votre vie?

    New-York sans hésitation, car c’est une ville incroyablement vivante, une espèce de folie y règne en permanence qui vous donne un punch pas possible. La culture y est présente à chaque coin de rue sous toutes ses formes et… j’adore.

    3) Votre rêve le plus fou?

    Etre immortelle ! mais hélas, ce n’est qu’un rêve!

    4) Café ou thé?

    Plutôt café, je ne peux pas démarrer une journée sans un café, mais je dois avouer que le thé chez Ladurée à 16h est divin… oui, j’aime le luxe et j’assume !

    5) Le dernier livre que vous avez lu, ou film que vous avez vu et que vous avez adoré?

    « Le parfum » de Patrick Süsskind pour le livre (relecture, car je ne m’en lasse pas) et « le Prénom » avec Patrick Bruel pour le film

    6) Votre mot favori?

    Optimisme, rien n’est possible sans en avoir une bonne dose

    7) Quel est le talent que vous aimeriez avoir?

    L’écriture pour rêver, jouer avec les mots, avoir le stress de la page blanche et raconter, encore raconter sans fin

    8 ) Quelle est le défaut que vous détestez chez vous?

    Mon refus de l’échec

    9) Qu’est ce que vous aimeriez que vos amis disent de vous?

    On l’aime tout simplement

    10) L’objet que vous emporteriez impérativement sur une île déserte?

    Des allumettes en grande quantité, car on fait beaucoup de choses avec du feu

    11) Un incendie chez vous…vous sauvez quoi? (une seule réponse possible)

    Les photos de mon fils

    & n’oubliez pas…Enjoy !