Le virtuel

Category Archive Le virtuel

Second Life, a desire to escape elsewhere, far from real life !

 

 

 

Tous droits Michèle LALLEE-LENDERS

Tous droits réservés
Michèle LALLEE-LENDERS

Cliquer pour agrandir

 

15 million Internet users have a different life with a virtual existence in a metaverse called Second Life. Dream or reality?

Second Life ( SL as it is called ) is a parallel world in 3D on a computer , in which users play online , socialize and interact. More simply, it is a game where anything can be done, just like in real life . This world is totally shaped by its players, it is independent and has its own economy with a currency, the Linden .

Second Life , an advertising tool ?

Established in 2003 by Philip Rosedale, an American engineering , SL interested many investors who see it as an extraordinary marketing tool. Brands such as IBM , L’Oreal, Orange , Crédit Agricole and Jean- Paul Gaultier  (famous designer) take position in the game to promote their products, recruiters meet virtually and state their first choice before you see them in real life . Even prestigious universities are represented and provide some courses or conferences in the immaterial world . The possibilities are enormous, and incredible .

In 2009 , the market has generated an income of half a billion dollars

How to play?

The first step is to make a virtual alter ego ( avatar ) as attractive as possible. It is offered upon arrival in the game but requires very soon a new look that goes , of course, through purchases . Then you have to learn to walk properly (which is not as simple as one might think ) , to fly ( as it is the fastest way to move from one point to another ) .

Visiting is the best way to know and discover this strange planet. Some players have built fabulous cities and monuments around the SL world. The Palace of Versailles is one of the beauties to see among many others .

The panorama of the game consists of islands with white sand on sea. The player has to to decide how to decorate the grounds. Once fully integrated into the game, you can buy an island and a house, put furniture found in an antique shop or selected from a designer, decorate your private beach with palms, flowers, have a garden and a swimming pool. Do not forget, the car in front of the garage, the boat on the sea or helicopter on the roof, all these  » toys  » that can be controlled . Why not shoot a firework at a party with friends? This is just one example, but anything is possible, it depends on your imagination.

Each one comes and finds what he wishes.

For some, it is a fun hobby or a social network, for others, a more or less substantial income  or a dating site or , more prosaically, a place to practice sex … virtual. Because as amazing as it may seem, if a system allows the avatar emotes to express his feelings by taking poses such as sit, make a sign with the hand smile or dance, it also provides an opportunity to revisit the entire Kamasutra . Pornography is also available and seems to be of great interest for owners of strip clubs . This explains the banishment of minors.
There are two modes of communication between the Internet users, the conversation with the keyboard or the voice through a microphone which allows you to hear the voice of the others players.

What to do with Linden ?

This « money » is to offer the choice for shopping , for example, to embellish your avatar (clothes, hair, jewelry or shoes). It can also be converted into euros ( or dollars ) if the player has a job in the game (real estate to purchase a house, DJ to lead a club, reporter to account for various activities on the site hrough a newspaper, shop owners, architects, designers, owners of islands set rental, designers and so on ) . For information with one euro, the exchange rate is about 360 Linden .

Addiction and Divorce

The real danger that exists with this very special game is addiction. In fact, some players spend many hours in front of their screen and completely forget their real life. Love affairs can lead to overflows more or less appreciated by the wife or the husband. The first divorce was granted in favor of an English woman. Others in the world, think that come on SL is not at all trivial .

What about the population ?

Although all avatars, as a whole, say they are between 20 and 40 years maximum , all ages are represented , from the youngest (21 years) to no limit !. English is the spoken language, but there are different communities, French, Spanish German and so on. Interesting because it is a quick and inexpensive way to improve your knowledge of the Shakespeare’s language .

There would be much more to say about this virtual world which is growing every day. But this will be done in another article … why not ! .

 

Second Life, la vie dans la vie ou l’envie de s’évader ailleurs

Second Life, la vie dans la vie ou l'envie de s'évader ailleurs

Second Life, la vie dans la vie ou l’envie de s’évader ailleurs Cliquer pour agrandir                                                           Tous droits réservés
Michèle LALLEE-LENDERS

Second Life, la vie dans la vie ou l’envie de s’évader ailleurs

15.000.000  d’internautes ont une autre histoire avec une existence virtuelle sur un métaverse appelé Second Life. Rêve ou réalité?

Second Life (dit SL) est un monde parallèle en 3D, sur ordinateur, dans lequel des joueurs évoluent en ligne, se socialisent et interagissent entre eux. Plus simplement, il s’agit d’un jeu où tout peut être réalisé, exactement comme dans la vraie vie. Ce monde est totalement modelé par ses utilisateurs, il est autonome et possède une économie propre avec une monnaie, le Linden.

Second life, instrument de publicité

Créé en 2003 par Philip Rosedale, un Américain de génie, SL intéresse de nombreux investisseurs qui y voient un redoutable outil de marketing. Des enseignes telles que IBM, L’Oréal, Orange, le Crédit Agricole ou Jean-Paul Gaultier se positionnent dans le jeu afin de promouvoir leurs produits, des recruteurs rencontrent virtuellement des candidats et établissent un premier choix avant de les voir dans la vie réelle. Même des universités prestigieuses y sont représentées et dispensent certains cours ou conférences dans ce monde immatériel. Les possibilités sont énormes, innombrables et à peine croyables.

En 2009, le marché a généré un revenu d’un demi-milliard de dollars

Comment jouer?

La première démarche est de se faire un alter-égo virtuel (avatar) aussi séduisant que possible. Celui offert dès l’arrivée sur le jeu nécessite, très vite, une nouvelle allure qui passe, bien entendu, par des achats. Il faut ensuite apprendre à marcher correctement (ce qui n’est pas aussi simple que l’on pourrait le penser), à voler (car c’est le moyen le plus rapide de se déplacer d’un point à un autre).

Visiter est la meilleure manière de connaître et de découvrir cette curieuse planète. Certains joueurs ont reproduit fidèlement des villes et des monuments du monde entier. Le château de Versailles est un des joyaux à voir parmi tant d’autres.

Le panorama du jeu se compose d’îles de sable blanc sur une mer scintillante. Au joueur de décider comment il va décorer son terrain. Une fois le jeu parfaitement intégré, on peut acheter une île et une maison, y mettre des meubles choisis chez un antiquaire ou chez un designer dans le vent, décorer la plage privée de palmiers, de fleurs des îles, d’un salon de jardin et d’une piscine. Ne pas oublier, la voiture devant le garage, le bateau sur la mer ou l’hélicoptère sur le toit, tous ces «joujoux» pouvant être pilotés. Pourquoi ne pas faire tirer un feu d’artifice lors d’une soirée entre amis? Ceci n’est qu’un exemple, mais tout est possible selon l’imagination de chacun.

Chacun vient y chercher ce qu’il veut. Pour certains, c’est un passe-temps amusant ou un réseau social, pour d’autres, un revenu plus ou moins substantiel, un site de rencontres ou, plus prosaïquement, un lieu pour y pratiquer du sexe… virtuel. Car cela existe, aussi ahurissant que cela puisse paraître. Si un système d’emotes permet à l’avatar d’exprimer son ressenti en prenant des poses telles que s’asseoir, faire un signe de la main ou danser. Il donne aussi la possibilité de revisiter le Kamasutra en entier. La pornographie existe également et fait les choux gras des propriétaires de clubs de striptease. Ceci explique l’interdiction aux mineurs de fréquenter le lieu.

Deux modes de communication existent entre les cybernautes, la conversation par clavier interposé ou la voice qui permet de se parler au moyen d’un micro et d’entendre la voix de l’autre.

Que faire avec ses Linden?

Cet «argent» sert à s’offrir le shopping de son choix afin, par exemple, d’embellir son avatar (vêtements, cheveux, bijoux ou chaussures). Il peut être aussi converti en euros (ou en dollars) si le joueur exerce un travail dans le jeu (immobilier pour l’achat d’une maison, DJ pour animer un club, journaliste pour rendre compte d’animations diverses sur le site par le biais d’un journal, propriétaires de boutiques, architectes de maisons, décorateurs, propriétaires d’îles mises en location, créateurs et ainsi de suite). Pour information avec un euro, le change est d’environ 360 Linden.

Addiction et divorce

Le danger réel qui existe avec ce jeu très particulier, c’est l’addiction. En effet, certains joueurs passent de nombreuses heures devant leur écran et oublient totalement leur vraie vie. Les liaisons amoureuses peuvent aussi mener à des débordements plus ou moins appréciés par le conjoint. Le premier divorce a été prononcé au profit d’une Anglaise. D’autres, dans le monde entier, ont suivi confortant l’idée que, pour certains, venir sur SL n’est pas anodin.

La population

Bien que tous les avatars, dans leur ensemble, avouent avoir entre 20 et 40 ans maximum, tous les âges sont représentés, du plus jeune (21 ans) au troisième âge (no limit !). L’anglais est la langue parlée, mais on trouve différentes communautés dont une française. Ceci dit, c’est un moyen rapide et peu onéreux d’améliorer sa connaissance de la langue de Shakespeare.

Il y a beaucoup à dire sur cette folie du virtuel qui ne fait que croître chaque jour. Mais, ceci peut faire l’objet d’un autre article…pourquoi pas?!.

 

Tags, ,